Blog
Mar 10

E-commerce barometer 2020

20.000 nouvelles boutiques en ligne, un chiffre d’affaires de 8,8 milliards d’euros et 108 millions de transactions

Le commerce en ligne belge poursuit son développement

C’est ce que confirme la 5e édition du Baromètre E-commerce de The House of Marketing et SafeShops. Ce Baromètre cartographie le paysage en ligne de notre pays de manière unique en se basant sur les données transactionnelles. Il livre quelques résultats marquants. Les chiffres montrent une croissance de 7,5 % du marché belge du commerce électronique en 2020 par rapport à 2019. Ce marché atteint désormais plus de 8,8 milliards d’euros. En 2020, ce sont aussi plus de 20.000 nouveaux webshops qui ont été créés. La Belgique comptait ainsi un total de 48.000 sites de vente en ligne. 

The House of Marketing, l’entreprise de consultance en marketing de référence, et SafeShops.be, l’association belge du commerce électronique, ont présenté ce jour les résultats du dernier Baromètre E-commerce. Le but est ici d’offrir des informations issues des commerçants en ligne eux-mêmes, et ce au travers des données transactionnelles fournies par les prestataires de services de paiement.

Le volume des transactions grimpe à 8,8 milliards d’euros

D’après les données collectées, les boutiques en ligne belges ont enregistré un volume de transactions (un chiffre d’affaires) de 8,8 milliards d’euros en 2020. Il s’agit d’une augmentation de 7,5 % par rapport à 2019. Les résultats du Baromètre E-commerce montrent également une augmentation significative du nombre de transactions. Près de 108 millions de transactions ont ainsi été enregistrées, soit 26,5 % de plus que l’année précédente.

« La forte croissance des transactions reflète des achats en ligne plus fréquents par les consommateurs dans le contexte de la crise du coronavirus. Chaque seconde, 3,4 transactions ont ainsi été réalisées pour une dépense de 279 € par seconde », explique Julie Luppens (The House of Marketing). « Il convient toutefois de noter que cette augmentation de 7,5 % du volume est plus faible que les années précédentes (2019 : +17 % et 2018 : + 20 %). Cela peut s’expliquer par la crise et par l’effondrement des réservations en ligne comme les voyages ou encore des tickets de toutes sortes.. Cette chute n’a été que partiellement compensée par les achats sur internet auprès de petits détaillants locaux ou pour la restauration à emporter. »

Le monde des PME présent en ligne 

Notre pays comptait 48.181 boutiques en ligne en 2020,  dont plus de 20.000 ont été lancées au cours de l’année. 63 % de ces nouvelles venues figurent dans le segment des petits webshops et de microboutiques en ligne. C’est aussi dans ces segments qu’ont été enregistrées les plus fortes hausses de chiffre d’affaires : le segment micro connaît une augmentation de 67 % et celui des petites boutiques en ligne une hausse de 40 %.

« Le nombre de boutiques en ligne belges a grimpé en flèche. En 2020, 1.579 boutiques en ligne ont été créées chaque mois, soit près de quatre fois plus que l’année précédente. Le nombre de webshops belges atteint ainsi un niveau record », déclare Greet Dekocker, Directrice générale de SafeShops.be. « Les confinements de l’année dernière sont sans aucun doute l’une des raisons de cette forte augmentation. Nombreuses sont les initiatives locales qui ont été mises à l’honneur, avec une offre qui a vraiment été boostée. De plus en plus de consommateurs font désormais confiance au commerce électronique. Nous espérons donc qu’un grand nombre de ces nouvelles boutiques en ligne pourront continuer à servir leurs clients après la crise. »

Des exportations pour 1,4 milliard d’euros

Les acheteurs en ligne étrangers ont également trouvé le chemin vers nos webshops belges. En effet, selon les chiffres, 16 % du volume des transactions proviennent de l’étranger.

Voici les cinq premiers pays qui achètent auprès des commerces en ligne belges : la France (29 %), les Pays-Bas (23 %), la Grande-Bretagne (8 %), l’Allemagne (7 %) et les États-Unis (7 %). Les Américains sont les plus dépensiers. La valeur moyenne de leur panier d’achats est de 375 €. En comparaison, elle est de 116 € pour les Néerlandais et de 120 € pour les Français.

Pic d’activités en 2020

Les mois de janvier et de novembre 2020 ont été des périodes particulièrement actives, avec un volume dépassant à chaque fois 800 millions d’euros. C’est le lundi qu’on enregistre le plus grand nombre de transactions. A l’inverse, le samedi est le jour le moins actif.

La meilleure semaine de 2020 a été celle du 23 novembre, au cours de laquelle des volumes records ont été atteints chaque jour, avec un pic lors du Black Friday. Ce jour-là, 7 transactions par seconde ont été enregistrées, pour 59,7 millions d’euros.

Le mois de mars a, en revanche, enregistré le plus petit volume de ventes (649 millions d’euros). Le 14 mars 2020, premier jour du premier confinement, est aussi la journée qui a vu le plus petit volume (moins de 13,5 millions d’euros) de transactions.

« Les résultats de cette cinquième édition montrent que le commerce électronique imprègne toujours davantage notre vie quotidienne. Poussés ou non par les circonstances, des consommateurs toujours plus nombreux trouvent le chemin des boutiques en ligne belges. Nous observons également une plus grande confiance dans l’e-commerce, tant du côté des consommateurs que des commerçants en ligne. En ces temps incertains, c’est un signal très positif dont nous ne pouvons que nous réjouir », concluent les initiateurs du Baromètre.

Téléchargez l’étude complète ici

Le Baromètre E-commerce est unique en raison de son approche axée sur le commerçant et non sur le consommateur. Il offre une vision approfondie des dépenses effectuées auprès des webshops belges. Le paysage en ligne belge est ainsi cartographié sur base des données fournies par les prestataires de services de paiement (PSP). Ces opérateurs disposent des volumes de transactions réalisés par les boutiques en ligne belges, quel que soit le mode de paiement (Bancontact, cartes de crédit, applications bancaires…). Les PSP participants sont CCV, Europabank, Worldline (incluant les données d’Ingenico), Mollie et Multisafepay.

Classification par segment sur base (de la valeur) des transactions

Occasionnel < 12 transactions / an

Micro : < 100.000 €

Petit : > 100.000 € < 1.000.000 €

Moyen : > 1.000.000 € < 10.000.000€

Grand : > 10.000.000 €

Au sujet de The House of Marketing:
Depuis des années, des entreprises font appel à The House of Marketing pour bénéficier de conseils en marketing stratégique et en intérim management. Collaborer avec un THoMer signifie collaborer avec un hub connecté de plus de 100 spécialistes en marketing passionnés et dévoués ainsi qu’avec un réseau de consultants indépendants. Notre caractère entrepreneurial et notre vision du marketing tournée vers l’avenir nous permettent d’inspirer, de stimuler l’innovation et d’aider nos clients dans leur transition vers une croissance rentable et durable en créant des opportunités d’activités grâce au marketing. Plus d’informations sur www.thom.eu. The House of Marketing fait partie de Quanteus Group et Down2Earth Capital.

A propos de Safeshops.be
L’ASBL SafeShops.be a pour objectif principal d’accroître la confiance des consommateurs belges dans le shopping en ligne. SafeShops.be octroie et promeut son label de qualité et de sécurisation, et organise différents événements qui mettent en avant la transmission d’informations entre les utilisateurs et les entreprises de l’e-commerce.

Dans la press :

Sudinfo, RTBF, LaLibreBelgique, Gondola FR, L’Echo, La Libre Belgique, Canal Z(6:00)